Site Web de la Chapelle de Saint-Clamens   

 
accueil Accueil
Saint Clément Saint Clément
La Chapelle La Chapelle
Le Cippe Le Cippe
Les Fonts Baptismaux Les Fonts Baptismaux
Les Peintures Les Peintures
Le Sarcophage Le Sarcophage
La Villa La Villa
Les Travaux Les Travaux
Localiser Plan de situation
Aidez Nous Aidez Nous
Livre d Or Livre d'Or
Nous Contacter Nous Contacter

Prévisions Meteo

Belloc-Saint-Clamens

Les Peintures Murales

    Dans la nef, sur le mur nord, cette fresque a été découverte par hasard en 1966. Il est difficile d’avancer une datation précise pour ces peintures. Il est probable qu’elles soient contemporaines de la campagne de travaux des environs de 1565.

    Cette fresque forme un panneau mesurant 1,85 mètre de haut sur 1,67 mètre de large. Elle surmontait un autel aujourd’hui disparu. La palette du peintre est réduite à l’extrême.

    Elle ne comporte que trois couleurs : le blanc, le marron et le rouge qui n’est d’ailleurs utilisé que pour indiquer les traces de sang.

    La Crucifixion n’est constituée que de trois personnages : le Christ entre la Vierge et saint Jean.

    Le Christ ne porte ni couronne d’épines, ni nimbe. Il est cloué sur une croix marron dont les bras sont taillés en biais aux extrémités et ils ont une longueur quelque peu exagérée. Le haut de la hampe présente une fente verticale dans laquelle est inséré en oblique, un grand titulus portant l’habituelle inscription INRI.

    Le corps du supplicié ne s’est pas affaissé – le torse et les jambes restent parallèles – et il ne tire que faiblement sur les bras dont l’angulation n’est guère prononcée. Les gros clous à tête conique et facettée qui percent ses mains, sont curieusement représentés en élévation verticale et on a l’impression que les doigts se replient sur eux. La partie inférieure de la tête, qui est à la fois inclinée vers la droite et en avant est endommagée. Les traits du visage sont cependant assez bien conservés. Le torse, étroit et presque décharné – les côtes sont saillantes – contraste avec les jambes qui sont trop fortes. Les pieds, à peine visibles, paraissent se chevaucher. Du sang jaillit de la plaie faite au côté droit par le coup de lance de Longin. Quelques traces de sang s’observent également au voisinage des clous des mains. Les reins du crucifié sont entourés d’un linge dont un pan, après être passé entre les jambes, flotte en arrière.

    Un élément symbolique vient compléter la scène. La lune est représentée à la gauche du Christ. Elle est figurée par un croissant dans la courbure duquel est dessinée une tête caricaturale aux traits négroïdes, se caractérisant par un front bas et oblique, un nez busqué, une bouche aux lèvres épaisses et un menton en retrait. La trace du soleil qui se couche de l’autre côté de la croix est effacée.

    Debout à la droite du Christ et comme figée par la douleur, la Vierge a les mains jointes. Elle est vêtue d’une robe marron, serrée à la taille et qui, après avoir formé un arrondi sur les avant-bras de façon peu naturelle, retombe en s’évasant dans sa partie inférieure. Sa tête, couverte d’un voile qui fait corps avec le manteau de couleur blanche aux plis marron, est prise dans une guimpe ou barbette.


Les Amis de la Chapelle de Saint-Clamens
Association Loi 1901 N°0323001942
Le Pécos 32300 Belloc-Saint-Clamens